Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 2021-10-13 17:16:25

Hjörvarr Vafᚦrúdson
Inscription : 2019-09-22
Messages : 230

Vertes-feuilles le marcheur ~ Grǿnns-blaðs ok marknaðr

Villégiature Okordienne aux territoires des quatre vents.

Test du bbcode FluxBB

Ecrit & édité par Góðikt le skald
Guidé par Sigfríð, dit "Vertes-feuilles"  survivant de Blódroða en exile.

⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⊱⊰✺⊱{❈}⊰✺⊱⊰⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱⊰⋅⊱

L'initiative prend sa source à ma rencontre avec le pèlerin à une croisée de chemins, entre Hyrðheim et Heitjǫrn, dans la province Ungrheimr à la lisiére du Comté de Gamalltré, passé les portes du Delta, tenaillé par la Forteresse de Vatnblomi et le port fortifié du Grand Canal de l'autre rive.

Notre route convergeait vers Heitjǫrn, petite citée fortifiée, retranchée dans un pourtour montagneux.
Lui venait de Bytownite, comptoir du comte Kay ass en Extrion.
Y ayant fait affaire pour mené à bien, ce qui maintenant nous lie d'une promesse.
Il avait déjà fait un long chemin à pied depuis la forteresse de Blódroða et ne comptais pas s'arrêter la.

꧁˳.⋅ॱ⋅.˳.✲.˳.⋅ॱᐧ.˳꧂

Ici commence donc la mémoire de son exile en Okord.

Dernière modification par Agon (2021-10-25 23:47:37)

Hors ligne

#2 2021-10-25 15:25:18

Hjörvarr Vafᚦrúdson
Inscription : 2019-09-22
Messages : 230

Re : Vertes-feuilles le marcheur ~ Grǿnns-blaðs ok marknaðr

La promesse de vie ou de mort ~ Ok heiᚦeilsa eða deyja

De mes vingt six printemps, il ne m'a jamais été donné de voir, un homme, si grand et large, bien que vieux, baissé autant la face. A tel point que, moi Skald sans le sous, n'ayant rien de plus précieux que mon art à pourvoir, finit par ne pas enviez sa condition, l'air pouilleux, la peau par endroits durcie par la terre.
Vêtus d'une ample cape cousue de feuilles de Chênes, il me mettait en fière allure, par contraste à ses côtés.
Ce n'est qu'une fois enfoncé dans les montagnes cerclant Heitjǫrn, que je connus sa vrai nature.

Le crépuscule se faisait proche, quand nous firent notre dernière halte, je pris le temps de me sustenter. C'est à la vue de mes denrées, qu'il m'affichât un air soucieux, me disant qu'en cette saison naissant, les ours se préparent à leurs longue nuit. 
Il abrégea alors notre arrêt, mais les lois d'Arduinna donne parfois des rendez-vous.

Je n'ais eu que le temps de tourner la tête pour voir la bête à bonne distance, que Sigfríð avais disparus, ne sachant que faire, j'ai grimpé à un arbre. Erreur que j'ai vite regretté, t'en l'animal adolescent, sais empressé d'y grimper à son tour. Je du lâcher mon sac, qui pus l'occuper un temps au sol.
C'est alors qu'en cherchant mon courage et Sigfríð dans un tour d'horizon, je pus le voir embusqué sous sa cape, ou seul son visage détonnais quelque peux.

S'approchant d'un pas sure, il contournât l'animal, qui reprenais sa prometteuse ascension vers moi.
Sigfríð se rapprochant, saute au dos de l'ours, lui lassèrent la gorge, l'arbre vacille, me fait choir au plus prêt de la scène. Sonné par la chute, je peine à me relevé, suffisamment pour que les deux êtres en luttes, me tombe à leurs tours dessus.

Une langue baveuse de sang, c'est ce qui à léché mon visage, quand il à fait glisser l'ours abattus, dont j'avais pus percevoir les coups de lame frénétique lui ôter la vie. D'un regard presque désolé pour la bête, il me regardas en suite, m'accablant de culpabilité.

"Tu me dois la vie, ceci est le fait de ton ignorance, ta dette est de vie. Pour avoir risquer ma vie et fait périr cette créature, que nous ne pouvons dument honorer, alors choisi l'addiction ou la mort."

C'est à ses mots que ma promesse fus celée, de l'accompagner dans son périple, moi qui n'ais rien ni personne, au moins quelqu'un m'as.

Une fois la soirée venue, Heitjǫrn n'était qu'à quelque bonne enjambée, et déjà les senteurs appétissantes planais dans l'air ,tel des s'oiseaux de l'oublis, celui que j'étais est resté dans la forêt.


꧁˳.⋅ॱ⋅.˳.✲.˳.⋅ॱᐧ.˳꧂

Dernière modification par Agon (2021-10-29 19:47:50)

Hors ligne

#3 2021-10-27 15:19:27

Hjörvarr Vafᚦrúdson
Inscription : 2019-09-22
Messages : 230

Re : Vertes-feuilles le marcheur ~ Grǿnns-blaðs ok marknaðr

Province d'Ungrheimr

ᚻ Heitjǫrn ~ Haut-lac ᛏ

Attente servile ~ Biða þrælarnir

Un sentier bordant le lac enclavé nous menas à la grande porte, ouverte et gardée,  siglée de deux runes de la citée d'Heitjǫrn. De mémoire récente, les Völuspaïens ont pour coutumes bien des subtilités et les gardes m'en firent un nouvel aperçus.
C'est au seuil que Sigfríð, me troublas par ses mots.

"Vas et reviens moi à l'aube, ton passe droit est que tu est l'envoyez d'un Ancêtre, relate moi se que tu y vivras, vas vivre pour moi."

Les gardes avaient semblés rester à bonne distance sans adresser un mots.
Acquiesçant à Sigfríð, je m'avance donc, puis une jeune femme me marquas le front d'un sigle de suie grasse et m'indiquât de la suivre. J'ai eu beau lui adresser la parole, elle semblais muette, l'étrangeté de la situation fit naitre en moi un malaise, tout autour n'était que pâle lueurs, dans une brume naissante. Puis une Auberge, j'en rêvait, "Rugrúm" autrement dit "Lit de seigle". J'ai fait savoir la légèreté de mes moyens à la demoiselle, mais rien n'y fit.

L'animations se faisait entendre depuis l'extérieur de la bâtisse imposante, ou on me laissa encore une fois seul, passé le seuil, la jeune femme drapée de blanc ne me guidais plus.
Je me retrouvât tel un inconnu parmi des inconnus, avec comme un hall des braves dressé devant moi.
De toute part, de jeune guerrier m'apporte leurs accolades, comme si j'était attendu.

Une choppe m'est donnée, le breuvage était semblable à l'Hydromel en plus épais. Il ne fallu qu'un temps pour que mes sens ne se trouble, le chahut de la taverne étourdissait mes sens. Je ne sais pourquoi c'est à ce moment qu'ils vinrent vers moi, pour la seconde fois. M'amenant à leurs tablée, ils me racontèrent leurs histoires de vie avec passion. Je crus entendre quelqu'un me nommer Sigfríð, mais trop assommé, je n'ais pus qu'engloutir leurs palabres se muant en litanie.

Le sommeil finis par me cueillir la ou j'était, sans le savoir pour autant. Après un instant intemporel, ou je me vis en rêve, naviguer sur ce que j'ai reconnu être le delta, maniant la barre, moi qui n'ais jamais mis les pieds en mer.
Je revint à moi, pouvant me relater ces souvenirs. Le jour se levait seulement et déjà la vie grouillait dehors, ce n'est qu'une fois sortis du lieux de mon naufrage mystique que je revint vraiment à moi. 

De jour, finalement Heitjǫrn est un lieu bucolique, le temps clément pour cette altitude, permet des champs foisonnants. A mon grand dam, je n'ais eu l'occasion de m'offrir un friand Orcanien, dont l'étale embaumais la rue de ses effluves.
Il était temps pour moi de partir étant attendus. 
Je contemplais le vertigineux beffroi, siglé dans la roche du blason des Vafᚦrúdsons une dernière fois, me disant que je ne le reverrais pas de si tôt.

Sigfríð, m'attendais assis sur une charrette attelée à un cheval de trait. Il m'expliquât que tout ceci sont ces possessions d'après vie et qu'il ne peut rien accumuler de plus. D'un coin de l'œil, j'avais vus un petit coffret dissimulé sous son assise, mais il ne m'en confiât rien.
Il m'annonçât plutôt notre cap, par l'Extrion, en direction du delta.
J'avais dans l'intime conviction qu'il me cachait quelque chose, il ne m'avait pas même demandé de lui relaté ma troublante nuit. Il se contentas de m'expliquer le rôle des runes, alors que sa mine basse c'était sans que je le remarque redressée, je pris alors le temps dans se moment de quiétude, pour esquisser mes souvenirs de se lieu, que je quitte

꧁˳.⋅ॱ⋅.˳.✲.˳.⋅ॱᐧ.˳꧂

Test du bbcode FluxBB

Dernière modification par Agon (2021-11-01 12:32:14)

Hors ligne

#4 2021-10-29 16:04:03

Hjörvarr Vafᚦrúdson
Inscription : 2019-09-22
Messages : 230

Re : Vertes-feuilles le marcheur ~ Grǿnns-blaðs ok marknaðr

Province d'Extrion

La baie des jumelles ~ ᚦe fjǫrðr tveggja

Le bon cœur  ~ ᚦe góðr hjarta

Trois heures, c'est se qu'il nous a fallu pour passer au nord de la citée de Sombra.
En Extrion, terres sous la bienveillance du prince Galahad, ou les vignes bordent les chemins, certains viticulteurs se targuant d'un steppage d'Alceste, pour mieux nous vendre leurs cuvées, avec bagout et une bonhommie rarement vue en Okord.
La provinces est peuplées par cinq autres seigneurs dont certains affirment la place du Cydon sur bien des lieux.
Tout m'indiquais que nous allions vers la baie des jumelles, lieu-dit aimé des Saxons, pour son histoire tout comme son placement idéalement défendable.

Nous eurent l'occasion de renflouer nos finances, en transportant une cargaison de truite qui venait également d'Heitjǫrn, me laissant dire que nous n'avons pas liez l'utile à l'agréable.
Le coquin de sort, avait affubler le marchand d'un essieux rompus sur son chariot trainé à main, suite à une mauvais manœuvre d'évitement, à l'irruption d'un contingent monté de l'inquisition menée par la  vicomtesse Kana.

Bien aisé que nous acceptions de prendre en charge le transport, suffisamment rapidement pour qu'elle ne vire au rance, le marchand du nom d'Hugbertol nous gratifiât de trois pièces d'argent et l'assurance d'un lit de paillage ou passer la nuit.
Notre route ce poursuivit alors de bonnes heures, le grincement irritent de la charrette branlante que nous remorquions pour fond sonore.

J'aurais bien poussé la chansonnette,  mais mon talent n'est pas gratuit, sans parler de l'odeur qui m'inspirait peux.
Le temps passât au grés des conversations diverses ou Sigfríð me surprit à être un férus d'humours et de finesses. Du moment que je n'avais pas à revivre une soirée pour lui, je n'allais pas me plaindre.
Ce n'est qu'après le temps d'une halte que la baie des jumelles se montrait à nous, une fois la barrière naturel gravie. Ont pouvait y voir les embarcations ramener le fruit de leur journée.

Test du bbcode FluxBB

Hugbertol se satisfaisait de pouvoir être ponctuel au marcher. Il nous assuras que la truite des hauteurs avait bon bénéfice par ici, bien que la sardine y reste le produit phare. Produit que nous avons pus déguster le soir même, par la gracieuse hospitalité de notre hôte d'humble condition. Je pus dessiner un temps, pendant que Sigfríð reprenait sa cape feuillue, avec des feuilles fraiches.

Test du bbcode FluxBB

Bien que, de demeure modeste, la tablée était garnie raisonnablement. Une chose est certaine, c'est que les saxons savent vivre, t'en le vin y est agréable.
La nuit fus reposante malgré un léger inconfort, Hugbertol avait fait part de rumeurs entre autres avertissements sur les environs. Il avait fait mention de la présence de pirates s'accaparent parfois les prises de pêcheurs, s'aventurant trop loin des côtes hors de la baie, ou celons lui, serait placée la base arrière de nombres d'entres eux.
Une crique porterais le nom de l’un d’eux, "la crique de Bart le Noir", qui aurait enterré son trésor non loin de là avant de sombrer avec son navire, la Fouquette, à la pointe du cap. Loin de moi l'envie de m'y aventurer et c'est à l'aube que nous avons repris la route, laissant notre rencontre au passer, des récits plain les pensées.
Par ailleurs, vigilances était de mise sur la route, t'en l'inquisitions agitais de plus en plus les mœurs, bien que la beauté des femmes de la régions compensent grandement l'anxiété ambiante.

Des rumeurs de conflits armé scionnaient les routes, alors que nous poursuivions vers Brocéliande, au Temple d'Yggdrasil en province de Sarras.
Je regardait passer l'ancienne forteresse noir, centre d'Extrion, terre de bravoure, la ou des familles puissantes s'assurent prospérités. Terre ou les superstitions ont une place bien taillée, autant dans les esprits, que dans les pierres noir de la forteresse.


꧁˳.⋅ॱ⋅.˳.✲.˳.⋅ॱᐧ.˳꧂

Dernière modification par Agon (2021-11-01 13:03:43)

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB