Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 2020-05-30 09:45:14

Raoul de la Trimouille

Le pélerin

- J'imagine que votre décision est irrévocable?
- Oui, et mûrement réfléchie.
- Mais seigneur Raoul, vous n'avez que 25 ans, vous avez déjà été admis au Conseil Royal, dans plusieurs assemblées secrètes, et vous avez été sacré Stratège! Ne voyez-vous pas quel avenir pourrait être le vôtre!

Le visage du Comte était impassible. Le sourire franc qui l'illuminait en permanence semblait avoir disparu pour toujours.

- Non, je ne le vois pas. Rien de ce que nous faisons n'a de sens ! J'ai aimé ces combats que nous avons mené, je suis fier de dire que je n'en ai pas perdu un seul, pas même ces osts avec des vassaux parfois novices ou ces combats contre des seigneurs expérimentés, mais tout ceci ne sont rien d'autre que les répétitions d'un spectacle qui n'aura jamais lieu.

Le seigneur finissait son maigre paquetage.

- Je ne pourrai pas avoir un mot pour chacun de ceux que j'ai croisés. Dites juste au seigneur Mannfred de Varsse que...

Un sourire furtif réapparut sur son visage.

- Que je ne regrette pas d'avoir faussement prétendu avoir intercepté des espions à sa solde pour justifier une attaque. Je suis sûr que cela l'amusera !
Dites au seigneur Loric de la Nouë que mon départ ne doit pas l'empêcher de prendre son dessert ! Enfin, dites aux autres d'être en toute occasion respectueux et bienveillant ; Podeszwa est indulgent avec nos erreurs : comment ne le serions-nous pas avec nos frères nous qui, contrairement à Lui, en commettant également?
Allez, ne prenez pas cette mine abattue ! Nous ne sommes que de passage ici. Lorsque le banquet n'est plus à notre goût, il est tant de prendre poliment congé de notre hôte, plutôt que de laisser l'aigreur nous envahir et de nous montrer amer envers lui.
- Vous ne reviendrez donc jamais?
- Qui sait? Jamais est bien trop long pour prendre un engagement sur une telle durée! Ce monde change, peut-être y aurai-je ma place dans quelques ères...



Raoul s'éloignait du frêle donjon de La Trimouille, alors que l'aube était encore timide. Couvert d'une robe de bure, bâton en main, plus rien n'évoquait le seigneur qu'il avait si brièvement été. Il se retourna une dernière fois, le visage illuminé par un sourire profond, apaisé, qui ne semblait plus pouvoir disparaître.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB